Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le blog de jefherzog

loulou

 

Dur dur à l'adolescence quand le passé remonte en surface. Quand les premiers mois de l'existence ont été si violents et inhumains. Le rôle de parents adoptifs tourne alors parfois à un apostolat que seule la foi profonde en l'homme peut alimenter. Un enfant même très jeune arrive avec le poids de son vécu. Et pour les parents adopter ça n'est pas essayer, c'est s'engager dans une histoire pas toujours facile.

Je me suis contenté de transcrire en chanson ce que Louis a publié en mots quelques fois maladroits mais touchants. J'ai adouci la violence de certains de ces propos, tout en n'escamotant pas le fond.

Je dédie cette chanson à mes deux oiseaux des îles, si sensibles, mais écorchés. Merci à ceux qui avec nous les accompagnent dans leur chemin de vie.

Sur le plan technique,enregistré à l'arrache après avoir utilisé pour la première fois un logiciel allemand Ludwig 3 pour l'arrangement accompagné par ailleurs d'une guitare en live. Voix réenregistrée après modif de qq paroles.

 

Si vous avez des difficultés avec la console flash, cliquez ici

 

 

 

Texte         

On est né loin d'ici

Faibles et vulnérables

Dans une case misérable

D'un très lointain pays

 

On dit que les jumeaux

Là-bas portent malheur

On m'a laissé moi et ma sœur

Trop tôt sur le carreau.

 

Toi qui nous a portés

Toi qui nous a fait naître

Sans ce tabou idiot peut-être

Nous aurais-tu gardés.

 

Mais tu pouvais pas voir

Ni entendre, je pense

Nos pleurs, nos cris et nos souffrances

Et notre désespoir.

 

Dans cet orphelinat

On survivait à peine

Alors j'ai pour vous de la haine

Vous qui n'êtes plus là.

 

Pire qu'un animal

C'est vraiment dégueulasse

On a souffert l'enfer, la crasse

Les furoncles et la gale.

 

Tu pouvais pas prévoir

C'est vrai, notre supplice

Les privations et les sévices

De ces êtres barbares

 

Si on a résisté

Si on est là encore

C'est vrai aussi, d'autres sont morts

Un jour à nos côtés.

 

Moi je suis en colère

Et parfois si brutal

j'ai eu, tu sais, bien bien trop mal

Dans ces temps de galère

 

J'avais perdu confiance

En ces fichus adultes

Ma bouche parlait en insultes

Mon cœur criait vengeance

 

Même envers ces parents

Qui nous ont adoptés

Qui pourtant nous ont apporté

Cet amour rassurant.

 

Ont supporté nos frasques

Nos pétages de plomb

Nos violences, nos agressions

Nos réactions fantasques.

 

Ont semé dans nos cœurs

Ces graines de tendresse

Ce besoin si fort de caresses

Cette envie de bonheur.

Désormais, j'en suis sûr

Je trouverai un jour

Mon chemin de vie et d'amour

Guéri de mes blessures.

Le blog de jefherzog

De tout et de rien

Hébergé par Overblog