Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le blog de jefherzog

 

Tout le monde connaît les habits neufs de  l'empereur, conte d'Andersen. Dans le cas contraire, aller ici; 

Les tailleurs escrocs abusant de la naïveté de l'entourage de l'empereur en lui vendant du vent. Je reprends la fin du conte, dont j'ai modifié la fin.

 

empererur

 

"Votre Majesté Impériale veut-elle avoir l'insigne bonté d'ôter ses vêtements afin que nous puissions lui mettre les nouveaux, là, devant le grand miroir !"

 

L'empereur enleva tous ses beaux vêtements et les escrocs firent comme s'ils lui enfilaient chacune des pièces du nouvel habit qui, apparemment, venait tout juste d'être cousu. L'empereur se tourna et se retourna devant le miroir.

 

"Dieu ! comme cela vous va bien. Quels dessins, quelles couleurs", s'exclamait tout le monde.

 

"Ceux qui doivent porter le dais au-dessus de Votre Majesté ouvrant la procession sont arrivés", dit le maître des cérémonies.

 

"Je suis prêt", dit l'empereur. "Est-ce que cela ne me va pas bien ? Et il en se tourna encore une fois devant le miroir, car il devait faire semblant de bien contempler son costume.

 

Les chambellans qui devaient porter la traîne du manteau de cour tâtonnaient de leurs mains le parquet, faisant semblant d'attraper et de soulever la traîne. Ils allèrent et firent comme s'ils tenaient quelque chose dans les airs; ils ne voulaient pas risquer que l'on remarquât qu'ils ne pouvaient rien voir.

 

Les tailleurs malfrats avaient placé quelques complices bien musclés dans la foule, qui devaient applaudir à tout rompre et crier leur admiration devant l'œuvre vestimentaire qu'ils étaient censés avoir réalisée et parer en outre à toute velléité contestataire éventuelle. Anticipant le passage de la procession, ceux-ci s'adressaient à leurs voisins en leur disant : « Vous verrez la perfection de la la coupe, le chatoyant des couleurs, quel chef d’œuvre ! Il faudrait être aveugle ou un sot pour ne pas reconnaître la qualité exceptionnelle de ce travail.» Et le message faisait tache d'huile.

 

C'est alors que l'Empereur apparut en tête de la procession sous le magnifique dais, et les complices de réitérer leurs compliments : "Les habits neufs de l'empereur sont admirables ! Quel manteau avec traîne de toute beauté, comme elle s'étale avec splendeur !" La foule, mi-mouton, mi perroquet et ne voulant surtout pas passer pour sotte, répétait enthousiaste les propos dithyrambiques des manipulateurs. Même quelques aveugles, qui n'y voyait évidemment encore bien moins que goutte, de s'associer paradoxalement à ce concert de louanges.

 

C'est alors qu'on entendit s'écrier un petit enfant dans la foule. "Mais il n'a pas d'habit du tout !". Cette remarque eut pour effet immédiat de faire douter quelques-uns, de déciller les yeux de quelques autres qui se dirent un instant : « Mais c'est vrai, l'empereur est nu ! » La vérité ne sort-elle pas souvent de la bouche des enfants ? Mais pour le peuple, voir un empereur dans sa tenue d'Adam, n'était ni habituel, ni même concevable et ce qui n'est pas habituel, à plus forte raison, ce qui n'est pas concevable, n'existe pas aus yeux des hommes et la plupart des trublions finirent se rallier à l'opinion majoritaire du vulgum pecus. Les quelques contestataires restants rentrèrent pour la plupart dans le rang à la perspecive de se voir rossés par les gourdins des hommes de main dissimulés dans la foule et se allèrent jusqu'à se rallier au concert de louanges.

 

A l'issue de la manifestation, on retrouva le corps ensanglanté de l'enfant trop clairvoyant. Le médecin diagnostiqua un enfoncement de la boîte crânienne par instrument contondant – coup de gourdin, selon toute probabilité.

Après de multiples opérations, l'enfant survécut néanmoins à l'agression, mais il lui en resta des séquelles multiples, et la conviction que les moutons n'aiment pas ceux qui refusent de bêler en choeur et qu'ils font passer pour brebis galeuses..

La vérité est parfois dangereuse pour le premier qui l'appréhende et la proclame.

 

 

Published by jef herzog - contes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Le blog de jefherzog

De tout et de rien

Hébergé par Overblog