Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de jefherzog

<< < 1 2 3 4 5 6 7

Articles avec #chansons

Ce texte est né d'un enchaînement à la "j'en ai marre, marabout". Pour moi, ça a été "Vague à l'âme" "Lame de fond" "fond de tiroir" Arno a "phonographisé" la première partie.

 

 

 

 

 

Je rentre dans mes pénates,

Une fois mon boulot fini,

J’aval’ deux ou trois tomates

Le reste de raviolis...

 

J’allume un coup la télé

Pour dissiper mon ennui

Devant tant d’inanités

Assez vite je m’enfuis…

 

Je file dans la salle de bains

Je pass vit’ fait sous la douche

Mais comme aujourd’hui, ça craint,

Sans plus tarder je me couche

 

Peut-être qu’un peu de lecture

Fera quelque diversion

Mais nouvell déconfiture

J’ai pas la concentration

 

Je referme mon bouquin

J’éteins la lampe de chevet

J’attends ensuite mais en vain

Les bons offices de Morphée

 

Au chaud sous la couverture

Je me retrouve avec moi

Et c’est alors que j’endure

Ce spleen pour une nouvell’ fois.

 

Vague à l'âme de fond d'tiroir

Qui m’submerge quand vient le soir

Un tsunami d’émotions

M’entraîne dans son tourbillon

Les souvenirs du passé

Se bousculent à l’entrée

Pénètrent par effraction

Au plus intim’ d’ma maison.....

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Published by jef herzog - chansons

L'adoption c'est d'abord un abandon avec le traumatisme qu'il suppose pour l'enfant et auquel on n'attache pas toujours l'importance qu'il mérite. C'est une histoire d'adultes, ceux qui choisissent de se séparer de leur enfant, ceux qui choisissent de l'accueillir. Et l'enfant dans tout cela? J'ai voulu essayer de me mettre à sa place. La fin de ma chanson est résolument optimiste, mais il arrive malheureusement que des histoires d'adoption aient une issue moins positive.

Depuis l'écriture de ce texte, nous avons été confrontés aux séquelles psychologiques qu'avait entraînées pour nos enfants, outre leur abandon proprement dit, leur séjour dans un centre dépourvu de toute hygiène et d'amour, d'où les signes d'hospitalisme voire de dépression anaclitique de notre fille. La thérapie de nos deux enfants a révélé de plus des abus sexuels pendant cette période. Il s'en est fallu d'un rêve que m'a confié mon fils pour que cette violence reste à jamais en lui. Heureusement, les blessures sont en voie de guérison. Merci aussi à la thérapeute qui a su faire évoluer les choses. Sur le début de notre histoire, voir ici.



L’atterrissage a été dur :
Tombé du nid comme un oiseau
Secouant en vain ses moignons d’ailes
Tu t’es r’trouvé sur le carreau,
Elle aurait pu être plus belle
Ton entrée en vie, ça c’est sûr !
Craignant la mort ou le malheur,
Cette femme, qui t’avait porté
Plusieurs mois au creux de son corps,
N’a pas pu, voulu te garder,
T’a abandonné à ton sort,
Malgré ta détresse et tes pleurs.


Refrain : Petit esquif dans l’océan
Quittant trop tôt ton port d’attache
T’as rien voulu, t’as pas choisi
T’as dérivé au fil des flots
Bravant les vagues, au gré des vents
Sans faire escale, sans faire relâche
Tant bien que mal t’as réussi
A garder la tête hors de l’eau


Toi le fragile nouveau-né,
Äprement tu t'es accroché
A ce fil pourtant si ténu
D'une vie à peine ébauchée
Là où d'autres n'ont pas survécu
Toi, tu n'as pas abandonné.

Refrain

Et un beau jour, nous tes parents
On a débarqué dans ta vie
Un peu par effraction, faut dire.
Un brin inquiets, malgré l’envie
Comment allais-tu réagir
Devant ces deux-là au teint blanc ?
Quand le moment est arrivé
Ca n’a pas été si facile
De te garder là dans nos bras
Le cœur serein, l’esprit tranquille,
Toi qui voulais, ne voulais pas
De ces effrayants étrangers.

Refrain
 
Tout ça est bien loin à présent :
Maintenant tu vis avec nous.
Mais il est pourtant difficile
De t’aider à réparer tout
A restaurer ce lien fragile
Qui unit enfant et parent.
Il te reste encore aujourd’hui
De la tristesse et de la rage,
Au fond du cœur, cette colère,
Qui tourne  parfois à l’orage
Avec foudre vents et éclairs
Mais l’arc-en-ciel après la pluie.

Petit esquif dans l’océan
T’as retrouvé un port d’attache
Où ravauder toutes tes voiles,
Où réparer tes avaries.
Bientôt pour toi viendra le temps
De lever l’ancre, pour, sans relâche,
Courir après ta bonne étoile
Dans l’aventure de  la vie.

Voir les commentaires

Published by jef herzog - chansons

Droits d'auteur protégés

Nostalgie. A la recherche peut-être illusoire d'un bonheur que l'on n'apprécie peut-être pas toujours lorsqu'on l'a sous la main.






On a tous dans le cœur une envie d’ailleurs
Un paradis perdu, une île du bout du monde
Un voilier poursuivant sa course vagabonde
Dans des contrées lointaines, au gré de ses humeurs.
Une faim d’aventure, un brin de nostalgie
Que réveille la photo, ou la carte postale
Retrouvée par hasard tout au fond de la malle
Après bien des années de poussière et d’oubli.

On a tous dans le cœur un coucher de soleil
Incendiant l’horizon de ses rayons ardents
Un ballet de nuages orchestré par le vent
Et que l’aurore habille de  pourpre et de vermeil.
Un clair de pleine lune sur une mer étale
Laissant flotter sur l’eau la blancheur de son voile,
Et perdue dans le ciel, une modeste étoile
Vous lançant dans la nuit comme un faible signal.




On a tous dans le cœur un p’tit air de rien
Un grand air d’opéra, un air de sainte Nitouche
Qui, sans l’air d’y toucher, un beau matin vous touche
Puis disparu un temps, un beau soir vous revient.
Quelques notes échappées des doigts du musicien
On ne sait pas trop où, on ne sait plus trop quand,
Qui des années après, vous suivent obstinément
Comme un vieux chien fidèle, tout au long du chemin.

On a tous dans le cœur un p’tit grain de folie
Endormi à l’abri d’un vieux rêve oublié
Qui un jour de printemps est soudain réveillé,
Alors qu’on le croyait mort de mélancolie.
Qui se met à germer et chercher la lumière
Plante aux boutons timides comme autant de promesses
Que les rayons de l’aube comme autant de caresses,
Font éclore bientôt en fleurs superbes et fières.

On a tous dans le cœur un désir d’absolu
L’espoir d’atteindre un jour l’inaccessible étoile
Le désir d’embarquer et de hisser les voiles,
De laisser derrière soi paraître et superflu
Pour un monde plus juste et enfin apaisé
Un monde de concorde et d’authenticité
Un monde d’harmonie et de simplicité
Où la peur et le doute seraient apprivoisés.

On a tous dans le cœur ......
 

Voir les commentaires

Published by jef herzog - chansons

Droits d'auteur protégés

Chanson dédiée à Maeva : la dernière version


Notre fille Maeva, dès qu'elle a fait partie de notre famille, a manifesté un goût et une aptitude évidente pour la danse. Toute petite, elle se dandinait, suivant parfaitement les rythmes des chansons entendues. Au fil des années, ce don s'est confirmé. Devant un miroir, elle se mettait à improviser des gestes avec une aisance et une créativité évidente.

Et force de constater que nous n'y étions pour rien. Elle avait cela en elle, retrouvait des gestes que nous avons pu voir par la suite chez des danseuses malgaches.

Sur le plan musical, vous avez deux versions de la chanson, la plus récente étant celle du 19 février. En effet, nous avons voulu donner un caractère plus malgache à la partie instrumentale ( le refrain) avec des rythmes plus typiques (salegy) et des voix : ce sont les avantages de la technique : une chorale à partir d'une voix.

Version 19/02/2014 la dernière

Si la console flash ci-dessous  n'est pas fonctionnelle, vous pouvez télécharger le fichier mp3

 


Version initiale


Si la console flash ci-dessous  n'est pas fonctionnelle, vous pouvez télécharger le fichier mp3

 



Pas bien plus haute que trois pommes,
Les pieds nus sur le sol, et  comme
Envoûtée par d’anciens esprits
Venus du cœur de son lointain pays
De son île du bout du monde
Elle s’élance dans sa ronde
Libre alors ou soudain prise au  piège
D’obscurs  et puissants sortilèges…

Elle danse, elle danse…



Gestes par instinct retrouvés
Gestes inconsciemment puisés
Au plus profond de ses racines.
Cette passion qui ses yeux illumine,
Lui insuffle cette énergie
Est-ce l’Afrique ou bien l’Asie ?
Ou bien des deux le subtil mélange
Tantôt démon ou tantôt ange,

Elle danse...



Tourne, tourne le carrousel
Le monde défile  autour d’elle
Au fil des rythmes, elle se balance
Ondule, tangue puis soudain entre en transes.
Toute habitée par la musique
Est-ce l’Asie, est-­ce l’Afrique
La source de son inspiration
Mystérieuse possession ?

Elle danse...

 

Voir les commentaires

Published by jef herzog - chansons

<< < 1 2 3 4 5 6 7
Haut

Le blog de jefherzog

De tout et de rien

Hébergé par Overblog