Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de jefherzog

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>

Articles avec #chansons

Comment déclarer son amour à une femme ? Vaste sujet !!! J'ai essayé de le faire dans divers styles, avec Arno nous avons également varié les styles musicaux

En cas de problème avec la console flash, cliquer ici

DECLA-EXP-2.mp3 

 

Pour la dernière (et septième )déclaration,

aller en bas de page et passer la souris sur le portable

 

Le message n'apparaîtra que si vous passez la souris sur le portable   

 

 

 

Pour les non-initiés, traduction du SMS

Bonjour,

Où es-tu?

Pourquoi t'es tu cassée?

J'ai la haine

réponds s'il te plaît

dès que possible (as soon as possible)

 

Le deuxième air a été construit sur un accompagnement de Purcell

Les autres airs bien que mijotés musicalement par Arno sont de mon cru

Il a apporté un soin particulier à l'accompagnement du rap

Merci à Louisa pour sa contribution au répondeur

Avez- vous reconnu le style de musique  : test

 

 

Voir les commentaires

Published by jef herzog - chansons

J'avais l'idée en tête depuis un certain temps.Parallèle entre la vie et un livre. Musicalement, j'ai oublié la première mélodie, l'ayant  déjà harmonisée. Une autre mélodie s'est proposée.

La vie s'écrit mot après mot
Mots sans histoire ou mots d'amour
Qui s’égrènent, au fil des jours
Dans le sillage du stylo.
Et finissent par jeter l'ancre
Sur le papier encore désert
Bouteille à l'encre ou à la mer 
Sens dessus dessous et sang d'encre.
 
La vie s'écrit phrase après phrase
Phrase à la gomme ou de guingois
Qu'il faut effacer quelquefois
Comme gribouillis sur l'ardoise
Qui parfois vous poussent à bout
Vous contrarient, vous embobinent
Vous enthousiasment ou vous chagrinent
Ou s'interrompent un point, c'est tout.
 
La vie s'écrit ligne après ligne
Lignes de force, lignes de fuite
Qui vous rattrapent ou vous évitent
Qui vous ignorent ou vous font signe
Lignes brisées lignes obliques
Du départ jusqu'à l'arrivée
En continu, en pointillés.
En cul de sac, en sens unique.
 
La vie s'écrit page après page
Au fil des pâtés des ratures
De quelques faux en écriture
D'hésitations, de griffonnages,
De tâtonnements et de gaffes.
Pages écornées, pages tachées
Pages de colère arrachées
Pour quelques fautes d'orthographe
 
La vie se déroule en chapitres
Plus ou moins tristes ou heureux
Plus ou moins gais ou douloureux
Et imprévus à plus d'un titre.
Du préambule à l'épilogue
Poursuivant le fil de l'histoire
Et bravant le fil du rasoir
Au gré du destin elle vogue.
 
La vie s'affirme en points divers
Point d'honneur et point sur les i 
Point de rupture ou point d'appui
Point à l'endroit, point à l'envers
Point d'interrogation bientôt,
Lorsque pour son tout dernier jour,
Celui du point de non retour,
Elle aura dit son dernier mot.

Voir les commentaires

Published by jef herzog - chansons

J'ai ressorti cette chanson sans prétention, basée comme souvent sur un jeu de mots initial. Beaucoup de rimes en air, ère ou autre aire, logique, non.

Enregistré en direct à l'arrach...

 

Si la console ci-dessous pose problème, cliquer ici

 

troubadour

 

J’manque pas d’airs

Dans ma tête

Nés dans un des hémisphères

De mon cerveau de poète

J’manque pas d’airs.

Des airs de rien, des airs de tout

Des airs de tout petit toutou

A sa mémère

Des airs à faire fuir les cerbères

Des airs à séduire les bergères

Célibataires.

 

J’manque pas d’air

Dans ma tête

Un tas d’airs d’anniversaire

D’airs des lampions ou de fête

J’manque pas d’airs.

Des airs classiques, des airs de rock

De gros airbags contre les chocs

D’ma vie d’enfer

Des airs binaires, des airs ternaires

Des airs quaternaires ou primaires

Très terre à terre.

 

J’manque pas d’airs

Dans ma tête

De linotte ou d’alouette

Des airs pinsons, des airs chouettes

J’manque pas d’airs

Des airs pincés à la sauvette

Sur ma guitare grassouillette

En bandoulière

Des airs de tout et son contraire

Des airs modernes ou d’antiques airs

Pleins de poussière

 

J’manque pas d’airs

Dans ma tête

Dans ma tête de tête en l’air

Dans mon cerveau en goguette

J’manque pas d’airs

Qui parfois dans mes p’tit chansons

Me donnent vraiment l’air d’un con

Hélas, ma mère

Et tant pis si j’vous exaspère

Vous ennuie ou vous pompe l’air

N’en déplaise aux langues de vipère,

J’ai plus trop envie de me taire.

Avec ma langue bien pendue

C’est décidé, je continue…

 

J’manque pas d’airs

Dans ma tête

Que je fredonne aux waters

Des airs malins, des airs bêtes

J’manque pas d’airs

Des airs acquis des airs innés

Des airs récents ou surannés

Bien populaires

Des airs de truite de Schubert

Chass d’eau en fuite, sol’ meunière

Et d’urticaire.

 

J’manque pas d’airs

Dans ma tête

De tambours et de trompettes

D’airs constipés de concert

J’manque pas d’airs.

Des airs vulgaires, des airs mythiques

Des airs sincères ou hermétiques

Pleins de mystère

Des airs speedés des airs pépères

Des airs reggae ou militaires

Trop va-t-en-guerre.

 

J’manque pas d’airs

Dans ma tête

Roulés à tonneau ouvert

Ou sifflotés en cachette

J’manque pas d’airs

Des airs de bric, des airs de broc

Des airs épiques, des airs d’l’époque,

De ma grand-mère

Des airs de cour, de courants d’air

De troubadours et de trouvères

De pauvres hères

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.J’manque pas d’airs

Dans ma tête (X3)

 

Voir les commentaires

Published by jef herzog - chansons

oasis

 

 

 Dur, quand soudain ceux que vous croyiez vos amis et avec lesquels vous partagiez tant de choses, ne vous regardent soudain plus en face, discutent de vous dans votre dos et que vous vous trouvez brutalement isolé, ostracisé sans comprendre. 

Dur, quand, au mépris de tout bon sens, ils voient soudain en vous celui que vous n'êtes pas, que vous n'avez jamais été, que vous ne serez jamais, alors que votre vie passée et vos engagements sont un vibrant démenti de l'image qu'ils se font ou qu'on leur a suggérée de vous, dur lorsqu'ils font courir le bruit que vous avez soudain pété les plombs, que vous êtes subitement devenu fou.

Dur, quand vous avez voulu les sortir des ornières où des gens malades et sans scrupules les ont conduits, avec pour tout résultat de leur part le déni de réalité l'ingratitude et la négation-même de ce que vous êtes.

Il est facile pour les gens un peu avertis d'y voir l'influence sournoise d'un ou plusieurs manipulateurs, pervers narcissiques, dont la seule jouissance est de duper autrui et de tenter de vous détruire pour nourrir leur propre ego de la destruction de celui des autres. (voir les pages psy du blog)

 
Dur, quand contrairement à ces pervers incapables d'affects, vous êtes vous-même très sensible. Mais les souffrances comme les joies sont la preuve que, contrairement aux pervers, vous êtes en vie et pour un créateur, une source de création.

Sur le plan technique, j'ai utilisé Harmony assistant, Ludwig 2, Cubase, ma guitare Godin et le synthé Roland qui va avec, l'harmonica (mon tout premier instrument). La musique est née au départ d'un enchaînement de trois accords entendus sur une musique sur France Inter : Mim/Lam Sol que j'ai fait suivre d'autres harmonies en fonction de la mélodie. A la version initiale plus bas a succédé : 

 

Plusieurs heures de travail avec Arno l'homme orchestre en studio

Si problème avec la console  cliquez ici

 

&
J'ai traversé tant de déserts
Sous la morsure du soleil
Enduré chaleur et poussière
Jours sans fin et nuits sans sommeil.
Le corps parsemé d'écorchures
Et de douleurs insoutenables
La peau dévorée de brûlures
Harcelé par le vent des sables.
&
Il m'a fallu, dune après dune,
Le sol s'effondrant sous mes pieds,
Traîner mon fardeau d'infortune,
De trahisons, d'inimitiés.
J'avais alors blessure au cœur
Et nostalgie encore amère
De cet autrefois de bonheur
Vécu auprès d'amis si chers.
&
J'ai suivi comme un automate
Un long chemin de solitude
Bravant les ruses scélérates
Les pièges, les incertitudes
Droit devant moi, obstinément
Poursuivant ma course un peu folle,
Malgré souffrances et tourments
L'amour pour unique boussole.
&
Tant bien que mal, j'ai survécu
Au plein coeur des contrées hostiles,
Tant bien que mal j'aurai vaincu
Les coups d'un destin versatile.
Les mirages et précipices
Les embûches et coups tordus
Pour retrouver mon oasis
Après tant d'illusions perdues.
&
En cet asile de verdure,
De paix et de source d'eau pure
Soulagé des maux, des souillures,
J'ai pansé toutes mes blessures
Retrouvé au fond de moi-même
Mon enthousiasme et mes envies,
Mes passions, mes goûts, mes " je t'aime"
Ma foi en l'homme et en la vie.

Voir les commentaires

Published by jef herzog - chansons

A toutes les victimes de conjoints manipulateurs !

 

Nous avons retravaillé en studio avec Arno eet j'ai refait une voix

 

 

 

papillon

 

 

Version du 04/06/2014 

 

Si la console ci-dessous pose problème, cliquer ici

 

Sur le même sujet clip sur les violences psy conjugales

T’avais, dans un’ vie antérieure,

Du être un gracieux papillon

Il t’en restait le goût des fleurs

Dont tu égayais ta maison.

Après quelques peines de cœurs

Tu rêvais encor de tendresse

D’amour toujours et d’âme sœur

De doux ébats et de caresses.

 

Et tu trompais ta solitude

En fredonnant quelques couplets

Dont tu notais par habitude

Texte et accords sur un carnet.

 

Tu l’as rencontré un beau soir,

L’homme idéal, l’homme de tes rêves

Cru alors à ce bel espoir

D'aubes nouvelles qui se lèvent.

Il avait tant d’intelligence

De beauté et de séduction

Un charme fou, de l’élégance

Ce pouvoir de persuasion

 

Il t’a chuchoté à l’oreille

Tous les mots qu’tu rêvais d’entendre

Il t’a promis monts et merveilles

Rose et lilas sans plus attendre

 

Maudit soit le papillonneur

Qui t’a charmée de ses bouquets

T’a menée par le bout des fleurs

T’a attrapée dans son filet

T’a épinglée dans sa vitrine

Pour compléter sa collection

Dans le camphre et la naphtaline

Avec bien d’autres papillons

 

T’a abreuvée de balivernes

T’a eue à son faux cœur menteur

A mis tout’ tes chansons en berne

Fané tous tes bouquets de fleurs

Il avait perçu tes fêlures

Ce prédateur, cette canaille

S’est abreuvé de tes blessures

Et s’est engouffré dans tes failles

Il n’adorait que son image

N’était que marchand d’illusions

De faux-semblants et de mirages

Pour attraper ses papillons.

 

C’était un pauv’typ’ un faux-cul

Semeur de maux et de douleurs.

S’il t’a trompée, c’est lui l’cocu

Handicapé d’l’âme et du cœur.

 

Au plus profond de son enfance

Il était mort depuis longtemps

Si t’as souffert toutes ces souffrances

C’est qu’tu vis à pleins sentiments

Tu n’étais pour lui qu’un kleenex

Une poubelle, un paillasson

Et si aujourd’hui t’es son ex

C’est tant mieux pour les papillons

 

Tant mieux pour les bouquets de fleurs

Que tu cueilles à pleines brassées

Et pour ce p’tit air de bonheur

Sur tes lèvres enfin retrouvé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Va donc, repars à tire d’ailes

Vers de plus radieux horizons

Lance tes chansons vers le ciel

Comme de .gracieux papillons.

Voir les commentaires

Published by jef herzog - chansons

J'ai écrit cette chanson sous le coup de la colère. Louis, lors de son stage en supermarché, a été confronté à des remarques classiques relatives à sa couleur de peau. Il est parvenu à  réprimer son envie de cogner sur les auteurs de ces allusions perfides. Ce racisme se banalise malheureusement , n'en déplaise à tous ceux qui nient cette réalité.

Depuis l'écriture de ce texte, les agressions verbales à l'égard de C. Taubira confirment le racisme sous-jacent qui règne malheureusement dans notre société

Sur le plan musical, grâce à Harmony assistant, j'ai essayé de définir un nouveau style, d'inspiration malgache avec des rythmes assez complexes qui m'ont fait d'ailleurs modifier la mélodie initiale.

Après la version d'origine bricolée à la maison, nous avons tout revu en studio avec Arno. 

 

sos-racisme3-300x240

 

 

Instruments numériques : accordéon, basse, harpe celtique pour remplacer la valiha, batterie, orgue électronique.

A Louis et Maeva

Un coup de lifting, de dégraissage, en laissant la vedette à la "harpe" , une nouvelle impro guitare d'Arno, des modifications du texte 

,les percussions à la malgache en live et l'ajout de guitares d'Arno, l'enregistrement de la voix en live et ça donne

Dernière version studio du 24/09:2014 

Si la console flash ci-dessous pose problème, cliquer ici

J'ai pas choisi mes gènes

J'ai pas choisi ma mère

Et vous votre sans-gêne

ça commence à bien faire.

Vos regards dédaigneux

J'en ai souvent ma claque

D'ailleurs qu'est-ce que j'y peux

C'est ainsi, je suis black.

 

Me transforme en macaque

Primitif et hideux

Que l'on moque ou l'on traque

Comme animal curieux.

Ou au mieux en esclave

Bon pour les colonies.

Les coups et les entraves

La haine et le mépris.

 

Allez-vous déclencher

une autre peste brune ?

Allez-vous me lyncher

Pour cette peau trop brune

M'enfermer dans un zoo

Avec singes et bananes

Renvoyer le négro

Là-bas à sa savane.

 

 

 

 

Pour sûr, votre épiderme

Avec cette pâleur

Est l'écrin qui renferme

Un esprit supérieur

Pour moi, manque de pot

Ce trop de mélanine

Qui colore ma peau

Lui fait trop sombre mine.

 

Vous qui voyez la vie

En daltoniens binaires

Baignez dans vos phobies

Et vos instincts primaires.

Vous qui rêvez d'un monde

Encor plus blanc que blanc

Vous aux pulsions immondes

Graines de Ku klux klan

 

Pour moi, le moricaud

Supporter ces débiles

Et leur racisme idiot

N'est pas toujours facile

Ces imbéciles heureux

Demeurés et vantards

Aux propos pernicieux

J'en ai parfois bien marre

 

Solo

 

Ras le bol, plein les bottes

plein le cul, overdose...

Qu'ils soignent, ces ilotes

Leur haine et leurs névroses.

Alors ces bons aryens

On peut vivre d'espoir

Renonceraient enfin

A voir la vie en noir.

Voir les commentaires

Published by jef herzog - chansons

 

A mon ami M.G.


Si l'engagement de bénévoles dans des actions de solidarité avec les pays dits émergents, du tiers monde, ou sous-développés, est louable et répond à des sentiments d'empathie et d'humanisme, qui font partie de mes propres valeurs, il ne faut pas nier le fait que, dans ce domaine, des dérives sont possibles et que des escrocs habiles sans foi ni loi abusent de cette générosité pour leur profit personnel, considérant d'ailleurs chez les autres comme faiblesse ce qui est une démarche qui honore leur " humanité".

On lira avec profit les deux pages que consacre l'écrivain Louis-Philippe Dalembert à ce sujet dans son avant-dernier roman, Noire Blessure


corrupt

Si la console flash ci-dessous pose problème, cliquer ici.

 

Sous couvert d’humanitaire

Tu fais ton petit business.

Sous couvert d’humanitaire

Tu te sucres et tu t’engraisses.

T'as là-bas quelques maîtresses

D'appétissantes jeunesses

En des liaisons adultères

 

Sous couvert d'humanitaire

Tu arnaques et tu magouilles

Sous couvert d'humanitaire

En faux cul en vraie arsouille

Tu escroques et tu embrouilles

Pour mieux te remplir les fouilles

T'enrichir de leur misère.

Tu n'es qu'un bénévolage,

Tout dans le cul, rien dans le cœur

Tu n'es qu'un bénévoleur,

Qui vend du vent et des mirages.

Tu n'es qu'un bénévolage,

Sans scrupule et sans honneur.

Tu n'es qu'un bénévoleur

Plus pourri que toi tu meurs.

 

Sous couvert d'humanitaire

Tu nous la joues tiers-mondiste

Sous couvert d'humanitaire

Ta position altruiste

De néocolonialiste

De néoesclavagiste

Est celle du missionnaire.

 

Sous couvert d’humanitaire

T'as de beaux voyages gratos

Sous couvert d’humanitaire

Ton prétendu sacerdoce 

De corrompu jusqu'à l'os

C'est violer de pauvres gosses

Proies de tes instincts pervers.

 

Refrain

 

Sous couvert d'humanitaire

Toi le bénévole intègre

Sous couvert d'humanitaire

Tu te meus, vif et allègre

A l'aise au sein de la pègre

Là-bas au pays des nègres

Et où tu ne risques guère.

 

Sous couvert d’humanitaire

Toi le vicieux le cynique

Sous couvert d’humanitaire

Tu te dis pieux catholique

Impudemment tu te piques

D'honnêteté et d'éthique

Même de bonnes manières.

 

Refrain

Voir les commentaires

Published by jef herzog - chansons

 

noyé

 

On a toujours tendance à rejeter la faute soit sur autrui, soit sur le destin, en l'occurence la malchance. Dans le style des chansons réalistes. Moyens du bord, voix et guitare (tous les sons fabriqués avec un synthé guitare)
Si la console flash ci-dessous pose problème, vous pouvez cliquer ici

Voir les commentaires

Published by jef herzog - chansons

fichier téléchargeable

Version reliftée et enregistrée en studio. Des modifications par rapport au texte d'origine.

Construit sur une base rythmique.

Arrangement à base de propositions de Band in a Box avec adjonction de guitares, dont un solo par Arno,

Rythmique et arrangement assurés par le recours à des styles et instruments  différents (folk, africain, batterie  etc). Pas mal d'heures de boulot. Et toujours la patte d'Arno pour le mixage et les effets avec Cubase. Le chant lui-même consomme pas mal d'énergie.

Comment on vit , où est-ce qu'on va

A votre avis, on survivra ?

Nous voilà fort mal embarqués

Dans ce rafiot plein d'avaries

On ne pourra les colmater

C'est sûr le bateau va couler

C'est sûr, on va tous y rester

Au coeur de l'océan maudit.

%

 

Les officiers, le capitaine

Dieu seul sait où ils nous entraînent

Ce ne sont tous que m'as-tu-vu

Incompétents ânes bâtés

Aveugles et sourds, trop imbibés

De leur tord-boyaux frelaté

J'ai pas confiance, regarde-les

Nous piloter à courte vue.

%

Comment on vit , où est-ce qu'on va

A votre avis, on survivra 

A cette tragique odyssée

Aux ouragans et aux rafales

A cet océan démonté

A l'incroyable absurdité

De leur entreprise insensée,

De leurs cadences infernales.

%

 

Il faut qu'on fasse quelque chose

Allez les gars, il faut qu'on ose

Sinon on va tous y passer

Nous les forçats, nous les esclaves

Allons-nous rester sans rien faire

A ramer dans cette galère

Du courage on en a assez

Libérons-nous de ces entraves.

%

Reprenons enfin tous en mains

Notre avenir, notre destin

Qu'enfin le peuple se mutine

Contre ces fous qui le gouvernent

Contre ces escrocs qui le bernent

Et à grand coup de turpitude

Le maintiennent en servitude

Dans la crasse et dans la vermine.

%

Passons-les tous par-dessus bord

Sans état d'âme et sans remords

Tous ceux qui nous ont enchaînés

Ces tortionnaires et ces tyrans

Retrouvons notre liberté

Nos envies et notre fierté 

Notre foi en l'humanité

Libérons-nous de leur carcan.

%


 

Instrumental

Guitare Arno Lorentz

Nous seuls redresserons la barre

Nous seuls redonnerons l'espoir

L'espoir en une vie meilleure

A tous ceux qu'ils ont asservis

Mettons le cap droit sur nos rêves

Et que demain l'aube se lève

Sur ce vaste chantier du cœur

Au pays de nos utopies.

Voir les commentaires

Published by jef herzog - chansons, Chansons

 

lagon2

 

C'est une chanson que j'ai mijotée depuis quelque temps et chantée dans le cadre du stage de Laurent Viel avec l'Oreille en Fête.

 

Arnaud en a fait l'arrangement : ukulélé, basse, guitare Larrivée, percussions et sons de synthèse

 

Si la console flash ci-dessous pose problème, vous pouvez cliquer ici

Voir les commentaires

Published by jef herzog - chansons

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>
Haut

Le blog de jefherzog

De tout et de rien

Hébergé par Overblog