Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de jefherzog

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>

Articles avec #chansons

fichier téléchargeable si la console flash pose problème

J'étais parti sur une idée :

"Où vais-je, où fuis-je ou cours-je

Irai-je un jour où tous mes potes iront ?"

Et de potiron en citrouille, j'ai fini avec une chanson sur 'haloween et surtout la sorcière.

 

Oui c'est moi la sorcière
La reine d'Halloween
J'aime les cimetières
la mort, l'hémoglobine.


Partout on me rend grâce
En sculptant des citrouilles
Où d'horribles grimaces
Enjolivent ma bouille.


Je suis une fripouille
Abominable et rosse
J'aime à foutre la trouille
A ces salauds de gosses.


C'est vrai, je prends mon pied
A répandre l'angoisse
Dès lors plus de quartier
Je vais porter la poisse


Je déteste les gueux
Et j'abhorre les bourges
Trop d'imbéciles heureux
Je n'aime que les courges.


Concombres ou coloquintes
Courgettes ou potirons, 
Sous le poids des étreintes
En bouillie finiront.


Je leur casse la croûte
Aux gourdes et aux citrouilles
Je les mets en déroute
Et je les écrabouille.


Je suis vraiment championne
En diverses recettes
Ma soupe j'assaisonne
au piment de squelettes.


Un chouia d' hareng saur
un peu de céleri
Un poil de mauvais sort
et de sorcellerie


Venez souper chez moi,
Vivants ou trépassés,
Manger comme il se doit
mes cucurbitacées.
 

Voir les commentaires

Published by jefherzog - chansons, Chansons

Chanson sur le thème du Glyphosate ; écrite à coup de vers de 3 pieds pour le refrain, 6+3 pour les couplets. Inspirée par la vue du documentaire sur le Glyphosate de Marie-Monique Robin diffusé sur Arte : Où l'on voit le cynisme et même le machiavélisme de certains .

Réalisé à la maison et Band in a box pour l'arrangement.

Vous voulez réagir ? Laissez un commentaire via  la page d'accueil

OGM on les aime.

On les sème

A tout va.=> Dans vos plats......

Glyphosate vos patates

vos tomates

Transgéniques=> et toxiques

Boniments On vous ment

sciemment

Chers moutons, on vous tond

Et sans gène, on vous mène

Sales graines

En bateau « Monsanto ».

Et si dans la vertu / on se drape.

La santé à vrai dire, on s'en tape

Vive la vérité / de l'intox 

Et nos mensonges si/ orthodoxes

Que diffuse bien sûr / maint savant

Brillant passeur de plat / dans le vent

De discours rassurants / qu'on vous vend.

 

 

Tous les politicards /capitulent

Avec talent on les / manipule

pour vous faire avaler/ nos pilules.

Quant à ces doux rêveurs/ ridicules

ces gêneurs sans gêne qui s'insurgent

De leurs idées néfastes/ qu'on les purge

Qu'ils deviennent moutons/ de Panurge.

Nature morte ? peu importe 

qu'on exporte

ce poison à foison !

qu'on inonde à la ronde

tout le monde

d'herbicide écocide !

Et les bœufs malheureux

vénéneux

Dont la chair délétère

Et suspecte vous débecte,

vous infecte

empoisonne vos neurones.

Les Indiens du Brésil on moleste

Leurs terres sacrées on déforeste

On détruit, on défriche, on dévaste

Après tout, la forêt / est si vaste

Aucun doute on adore / la planète,

On l'aime à un tel point qu'on s'apprête

pour toujours à lui faire sa fête.

Mangez la belle viande / qu'on vous sert

Le corps ne s'use que si / l'on cancer

Nos manipulations génétiques

S'en contrefoutent de l'éthique

Viendra enfin le jour dans le monde

Où chacun entrera dans la ronde

La ronde du roundup / herbicide,

pesticide, fongicide. écocide insecticide infanticide homicide génocide.

Voir les commentaires

Published by jefherzog - chansons

fichier son téléchargeable

 

Né d'une interprétation particulière de l'expression "parcours du cœur".

Vers de 4 pieds. Couplets de 6 vers AABCCB d'où une contrainte musicale

Traité en trois temps tempo valse lente

Instruments Band in a box + Arno à la technique.

Je prends l'départ

Pour quelque part

J'sais pas trop où

Mais je m'en fous.

J'ai pas de carte

Ni de pancartes

Et même pas d’heure

 

J’suis mon instinct

J’suis mon destin

Je file, je cours

Sur le parcours

Accidenté

Parcours santé

Parcours du cœur

 

L'amour me dope

Et je galope

Par monts par vaux

Sous les bravos

D'la foule en liesse

Pris par l'ivresse

J'r'doubl' d'ardeur.

 

Comme par miracle

J'mange les obstacles

Je pète le feu

Bottes de 7 lieues

Infatigable

Sur l'redoutable

Parcours du cœur

 

Et je cavale

Et je dévale

Et j prends pied

Sur le sentier

Des émotions

Et des passions.

Des joies, des pleurs

 

J'cueille au passage

Mots et images

Rimes et musique

Bien romantiques

Pour un amour

Fou, au long cours

Parcours du cœur

M'attendra-t-elle

Celle pour laquelle

Je me transforme

En un surhomme

Super champion

Du marathon

Des séducteurs.

 

Ça devient dur

En courbatures

Mais peu importe

L'amour me porte

Vers ma tendresse

Vers ma princesse

Parcours du cœur

 

J'franchis la ligne

Ouf et j'me signe

Fin de l'épreuve

J'ai fait mes preuves

J'ai triomphé

A moi l' trophée

L'trophée d’amour.

 

Soudain l'réveil

Brise mon sommeil

Le jour se lève

La nuit s'achève

J'reviens sur terre

Quelle misère !

Fin du parcours

 

Parcours du cœur…

Le jour se lève

La nuit se meurt

C'était un rêve

Un piège, un leurre

Et tout s'achève

Pour mon malheur.

 

Parcours du cœur…

Le jour se lève

La nuit se meurt

C'était un rêve

Un piège, un leurre

Et moi j'en crève.

Vrai ... crève-cœur.

Voir les commentaires

Published by jefherzog - chansons

fichier téléchargeable

Depuis des siècles, on nous donne une version inexacte de l'histoire d'Adam et Eve. Cette dernière nous a confié la vérité que.nous rapportons donc dans cette chanson en reprenant l'aveu qu'elle a fait à Adam peu avant les représailles divines.

Band in a Box + guitare, élagage et mix d'Arno.

Pour des raisons évidentes de discrétion, nous ne dévoilerons pas l'identité de la choriste collaboratrice de la cinquième strophe.                         

 

 

 

 

L'aveu d'Eve

Je t'ai donné un ver, Adam
Mais non c'est une pomme
C'est qu'il est dans la pomme Adam
Ou c'est tout comme
Le ver est dans le fruit
ça n'est d'ailleurs pas d'aujourd'hui
ça ferait même un certain temps

Pas question de me dégonfler
Cette histoire de pomme
Je suis prête à la dévoiler
A toi mon homme
J'en ai assez de te mentir
L'apprendre d'autres serait bien pire
Et bien plus dur à avaler.


J'errais dans le jardin d'Eden
Lorsque je rencontrai
Un étonnant énergumène
Laid il est vrai
Au faciès de satyre
Les extrêmes parfois s’attirent
Indiscutable phénomène...
 
ça s'est passé sous le pommier
L'arbre au fruit défendu
Il m'a proposé d'y goûter
Et je n'ai pu
Malgré l'interdiction
- Chance unique ou malédiction -
Non ,  je n'ai pu y résister

Et il m'a fait croquer la pomme,
La bestiole cornue,
Moi qui n'avais ni connu l'homme
Moi l'ingénue
Ni consomme le fruit
En une fabuleuse nuit
J'ai dégusté les deux, en somme

Cette pomme que je t'apporte
Croque-la à ton tour
Tu découvriras de la sorte,
Oh mon amour,
Les plaisirs de la chair
Qui me sont devenus si chers...
Et quant au patron ... peu importe.....

Qu'il nous foute le vieux là-haut
Dès demain à la porte
Ce sénile à la libido
Sans doute morte
Aux interdits si lamentables
Et vive mon mentor le diable ….
Qui t'offre ses cornes …. en cadeau

Voir les commentaires

Published by jefherzog - chansons

Fichier son téléchargeable si la console flash renonce

Né d'un jeu entre garde et porte

 Texte et accords de moi-même. Passage de majeur en mineur

Utilisation de Band in a Box pour l'arrangement

Le tout repassé comme d'habitude à la moulinette d'Arnaud en son studio de Saint Lamain.

 

                                                           

Un porte-plumes

Je les regarde, ils m’insupportent     

Je voudrais parfois les buter

Mais Dieu m'en garde, ils me rapportent        

Des pourboires en quantité.


Moi je suis le type aux vestiaires

Qui à l'entrée du casino

Accueille tous ces milliardaires

Garde-robe et porte-manteau.



Je suis le larbin de service

Qu'importe alors si mon boulot

Tourne quelquefois au supplice

à me farcir tous ces idiots


Au bien-être de mes clients

Avec empressement je veille

Dans le luxueux restaurant

Garde-manger, porte bouteille.


J'entretiens mon beau corps d'athlète

Footing sauna, musculation

Les importuns j'leur fais leur fête

Je suis un pro de la baston.


Je veille à la sécurité

Des VIP, incognito

Concentration, rapidité

Garde du corps, porte-couteau


Je suis crevé mais peu importe

Je ne dois jamais m'arrêter

Car crapahuter de la sorte

Paraît c'est bon pour ma santé.


J'appuie à fond sur les pédales

Pour vaincre le fort pourcentage

Par monts et par vaux je cavale

Garde-boue et porte-bagages


Dans l'hôpital on me vénère

Comme le roi du bistouri

Aides soignantes et infirmières

Finiront un jour dans mon lit.


J'incise, j’opère ou trépane

Je suis le grand chirurgien-chef

Qui rafistole les organes

Garde-malade et porte greffe


J'ai choisi la vie de caserne

L'uniforme et l'obéissance

Malgré ce poste subalterne

J'ai pour mission : servir la France.


En obéissant militaire

Le matin je me lève tôt

Hisse les couleurs dans les airs

Garde-à-vous et porte-drapeau


Je crains les migrateurs qui passent

J'élève des oies, des canards

La grippe aviaire est mon angoisse

Mes canards aussi en ont marre.

Je gave, j'arrache les duvets

Ici faut dire, c'est la coutume

Pour le foie gras et les magrets

Gardienne d'oie et porte-plume.


J'ai toujours rêvé de navires

De grand large, d'océans, de mers

Dès que j'y pense, mon cœur chavire

C'est donc là que j'ai fait carrière.


Autrefois Major de Navale,

Au service de la nation

Moi j'ai fini contre-amiral,

Garde-côte et porte-avions


On me reproche de racoler

Tous ces mecs en mal d'amour

Pourtant c'est eux qui vont chercher

Mon aide, à la tombée du jour.


Je suis là pour combler leurs vices

Et c'est moi qui paie le plus cher

Je suis la pute de service

Garde à vue et porte cochère


Voir les commentaires

Published by jefherzog - chansons

fichier téléchargeable si la console virtuelle ci-dessous pose problème.

Sur un texte de Gaston Couté, initialement en patois beauceron, que j'ai traduit (sacrilège pour certains, Tant pis, clarté de mon point de vue.)
 
Fait maison à l'arrach
 
 
 
 
 

 

LE GAS QU'A MAL TOURNE

Dans les temps qu'j'allais à l'école,
- Où on m’voyait jamais beaucoup, -
Je n'voulais pas en foutre un coup ;
J'm'e sauvais fair’ des cabrioles,
Dénicher les nids des buissons,
Siffloter, en becquant des mûres
Qui m'barbouillaient tout'la figure,
Au lieu d'aller apprendr’ mes l'çons ;
C'qui fait qu'un jour qu'j'étais en classe,
(i pleuvait, j'pouvais pâs m'prom'ner !)
L’maître m'dit, en s'levant d' sa place :
"Toi !... t'en viendras à mal tourner !"


 

 

A c'tt' heur', tous mes copains d'école,
Tous ceux qu'apprenaient l'A B C
Et qu'écoutaient les bonn's paroles,
l's sont casés, et bien casés !
Y’en a qui sont clercs de notaire,
D'aut's qui sont commis épiciers,
D'aut's qui’ont les protections du maire
Pour avoir un post' d'employé...
Ça s'laisse' vivre comm' moutons en plaine,
Ça sait compter, pas raisonner !
J'pense quelqufois... ça m'fait d'la peine
Moi! J'suis un gars qu'a mal tourné !


 


lls s'ront bien vus de tout l'village,
Vu qu'i's gagn'ront pas mal d'argent
A faire des p'tits tripatrouillages
Au préjudic' des pauv'ers gens
Ou bien à lécher les derrières
Des grosses légum's, des hauts placés.
Et quand, à la fin d'leur carrière,
l's verront qu'ils ont ben assez
Volé, léché pour plus rien faire
Tous les léchés, tous les ruinés
Diront qu'ils ont fait leurs affaires...
Moi! J'serai un gars qu'a mal tourné !


 

 

 

 

 

 

 

Il avait bien raison notre maître,
C't'homm'-là, devait m’connaître par coeur !
J'ai trop voulu faire à ma tête
Et ça m'a point porté bonheur ;
J'ai trop aimé vouloir être libre
Comm' du temps qu' j'étais écolier ;
J'ai pas pu t'nir en équilibre
Dans un' plac', dans un atelier,
Dans un bureau... bien qu'on n'y foute
Pas grand-chose de tout' la journée...
J'ai enfilé la mauvais' route!
Moi! J'suis un gars qu'ia mal tourné !

 

 

 

Et plus tard, quand is s'ront en âge,
Leu' barbe v'nu, leu' temps fini,
l's verront à s'mettre en ménage ;
l's s'construiront un bon p'tit nid
Où sque viendra nicher l' bien-être
Avec un' femm'... devant la loi!
Ça doit êt' bon une femme honnête :
Y a qu'les putains qui veul'nt ben d'moi
Et ça s'comprend, moi, j'ai pas d'rentes,
Personn' n'a un' dot à m'donner,
J'ai pas un métier dont on s'vante...
Moi! J'suis un gars qu'a mal tourné !

 

 

 

C'est égal ! Si jamais je r'tourne
Un jour r'prendre l'air du pat'lin
Où à mon sujet les langu's tournent
Aussi vit’ qu’les rou's d'un moulin,
Eh ben ! Il faudra que j'leur dise
Aux gars r'tirés ou établis
Qu'a patauger dans la bêtise,
La bassesse et la crapulerie
Comm' des vrais cochons qui pataugent,
Faudra qu' j'leur dis' qu' j'ai pas mis l'nez
Dans la pâté' sal' de leur-auge...

Et qu'c'est pour ça qu'j'ai mal tourné !...

Voir les commentaires

Published by jefherzog - chansons, Chansons

Version améliorée en studio.

L'idée initiale était d'écrire à partir du thème "je zappe". La contrainte initiale était d'utiliser des rimes en ape, ipe,upe etc... Ce que j'ai fini par faire une strophe sur deux. Le premier vers contenant sept syllabes, ça a été la deuxième contrainte : écrire en heptasyllabes.

L'idée a évolué vers le thème de la marginalité.

Musicalement, style un peu country/swing, mais j'expérimente avec la conduite de la basse et des accords un peu plus sophistiqués qu'à l'habitude. Le tout avec Band in a Box. Adjonction de cordes.

fichier son téléchargeable si la console virtuelle ci-dessous pose problème

Placebo ou antidote
Obstinément je pianote 
Devant mes écrans plasma
A coup de pressions magiques
Dans ces mondes synthétiques
Je me fais mon cinéma.

Cerveau kaléidoscope,
Mes pensées se télescopent
Dans ce drôle de chausse-trape.
Mes délires s'entrecoupent
Me dévorent et m'entourloupent
Alors pour m'enfuir...  je zappe.

Bien des riens me bouleversent.
Sur les chemins de traverse
Que personne sinon moi
Ne connaît ou ne fréquente
Je prends de mauvaises pentes
Qu'on tient pour mauvaise foi.

Un effet beuh dans ma clope
La vie n'est qu'une salope
Dont il faut que je m'échappe
Croyez-moi c'est pas le top
De vivre ainsi misanthrope
Tant de poisons pour …. soupapes.

Nuits déjantées, teufs et bringues
On me prend pour un mec dingue
Un zombie, un moins que rien
 Un taré, un indigent 
Peu m'importe tous ces gens
Dieu reconnaîtra les siens.

Au gré du vent je galope
Sur mes chemins psychotropes
Et si souvent je dérape
Dans ces trucs et dans ces trips
Dites-leur à tous ces types
D'enfin me lâcher … la grappe.

Car si souvent mes plombs sautent
Ça n'est vraiment pas ma faute
Mais celle de ces fardeaux
Que de si loin je trimballe
De ces tornades brutales
Qui dévastent mon cerveau.

Alors mes pensées décampent
La faute à mon hippocampe
Ce mental farce et attrape
Et ce cerveau qui se grippe
Casse-cou et casse-pipe
Ma raison passe …. à la trappe.

Hurler, vouloir tout détruire
C'est mon sort, pas mon délire
Mais lorsque je perds le  cap
Lorsque je pète les plombs
Alors dites vous qu'au fond,
C'est la vie mon handicap .(X2)

Voir les commentaires

Published by jefherzog - Chansons

Putain de blues

fichier téléchargeable si la console flash ne fonctionne pas

A cause de quelques graviers dans mes chaussures lors d'une balade en attendant que ma voiture ait été vidangée et suite à l'écoute d'une chanson blues. Rimes en milieu et fin de vers.
Arrangement Band in a Box, mixé sommairement  cubase, enregistré dans les conditions précaires maison 
Cliquer sur la console 1 fois puis sur la flèche "play"
 

 

J'ai des chansons en anacrouse

Des gravillons au fond des shoes

J'march' de travers comme un ivrogne

J'ai la colère au creux des pognes.

J'encadre plus ma drôl' de trogne

Tout ça c'est du à c' putain d' blues.

 

J'pêch' des nénettes dans les partouses

Avec fumettes gin et piquouses

J'zapp' mon ennui et mes névroses

Dans tout' ces nuits de pas grand-chose

A peine draguées, qu'les meufs me posent

Tout ça voyez c'est c' putain d'blues.

 

Je suis scotché par ses ventouses

A m'libérer je claque mon flouze

De tant d'tracas j'ai eu ma dose

Qu'la vie j'la vois en gris morose

En bosses en plaies en ecchymoses

C'qui peut m'gonfler ce putain d'blues.

 

Trop esquinté par tout cett lose

Finir cramé au coin d'une news

Quitt à crever j'ai mieux à faire

Que d'encombrer les faits divers

Ce putain d'blues m'tap sur les nerfs

Bien trop tartouse, faut que j'le blouse.

Ce putain d'blues, faut que j'le blouse.

Voir les commentaires

Published by jefherzog - Chansons, chansons

Arno a apporté à la première version sa contribution :
- musicale avec les percussions (potée) guitares en relais du piano d'origine
- technique),"dégraissage", équalisation et  mix.
La voix a été réengistréee avec un micro studio
Adrien, de passage au studio et de retour du Cambodge est intervenu sur la partie impro instrumentale avec son violon cambodgien

rno a apporté à la première version sa contribution : percussions (potée) guitares en relais du piano d'origine (son équalisé), et le mix.

La voix a été réengistréee avec un micro studio
Adrien est intervenu sur la partie impro instrumentale avec son violon cambodgien auquel j'ai rajouté une impro flûte avec l'EWI.
 
 
Bord de ligne
Certaines personnes souffrent de troubles caractérisés par une instabilité affective et émotionnelle importante. Elles rencontrent des difficultés à gérer leur émotions. Elles peuvent s'emporter facilement, de manière imprévisible, et avoir des comportements impulsifs.(vraies cocottes minutes)  Les sautes d'humeur ou les sensations de vide sont fréquentes.
Hyperémotives, ces personnes sont souvent dans l'excès. Elles ont en général une très mauvaise image d'elles-mêmes. Souvent instables sur le plan relationnel, elles peuvent s'automutiler. Les comportements à risque (alcool, drogues, jeux, alimentation...) sont fréquents pour les personnes souffrant de ce trouble de la personnalité limite; les tentatives de suicide aussi.
Cette chanson leur est consacrée.
Paroles, musique et harmonisation personnelle.Les couplets ont des vers de 11 pieds alternant 6/5 et 5/6, ce qui crée un effet rythmique régulier

            

 

Tu restes emprisonné dans tes propres cages
Tu restes embourbé dans tes marécages
Et plus tu t'agites, plus profond tu t'enfonces
Dans ce tas de questions restant sans réponses.
Perdu dans ta forêt d'exil et de neige
Tu hurles à la mort comme un loup pris au piège
Les fers dans tes chairs ravivent tes blessures
Qui veut te délivrer encourt tes morsures


Non, tu ne mérites pas ces souffrances
Vestiges têtus de tant de violences
Il viendra le jour d'éclaircie, d'espérance,
Et de ta délivrance.


Tu essaies de tromper ton secret désespoir
En jouant sans cesse sur le fil du rasoir
Flirtant avec la mort pour te sentir vivant
Et te fuyant toi-même par peur des tourments.
Tu t'imagines à tort guérir de ton mal
Par des amitiés stériles ou bancales
Tu brûles l'argent comme un enfant prodigue
Des trombes de violence emportent tes digues


Laisse enfin tomber toutes tes chimères
Remonte enfin le cours de ta rivière
Afin de puiser à la source d'eau claire
Un amour salutaire.

 

Instrumental

Tu erres dans la vie comme une âme en peine 
Tu cèdes à l' appel de tes chants de sirènes
Tu vogues à l'aveugle en une course folle
Sur l'océan hostile, sans cap ni boussole.
Des courants obstinés sans fin te renvoient
Dans les flots perfides de Charybde en Scylla.
De renoncements, en stériles efforts
Les vents et les tempêtes t'éloignent du port. 


Non, tu ne mérites pas ces malheurs
Tu voudrais juste retrouver ton cœur
Retrouver la paix,l'harmonie, la douceur
De ta mer intérieure.
Retrouver la paix,l'harmonie, la douceur
De ta mer intérieure.

Voir les commentaires

Published by jefherzog - Chansons

Texte et mélodie de JF Herzog ; arrangement Band in a Box, volontairement rock des années 60-70 repris, boosté et mixé par Arno qui a en outre fait une impro guitare avant la dernière strophe, voix enregistrée en son studio rue de Faîte.

 

L'effet haine, l'effet haine
Plombe déjà l'avenir
La gangrène, la gangrène
Risque bien de tout pourrir

Grâce à nos deux superwomen
Innocentes vierges et martyres
Nos blondes déesses, nos reines
Elles qui ont su nous séduire

Par leurs promesses et leurs rengaines
Et leurs affriolants sourires
Confions-leur vite les rênes
De notre futur empire


Les L P N Les L P N Les L P N
Amènent le Pire


Bons à rien, bonnes à rienne
Soyons prêts à obéir
Tout con mérite la peine
A laquelle tant il aspire


Bonjour les dégâts d'la marine
Quand elles seront à la barre
Nous ramerons, plierons l'échine
Comme galériens et bagnards


Et nos simili capitaines
Feront sombrer notre navire
Ou par leur chant des sirènes
Nous feront tous engloutir


Les L P N Les L P N Les L P N
Amènent le Pire

Pas la peine, pas la peine
De penser, de réfléchir.
A leurs obsessions malsaines
Elles ont su nous convertir


Illusionnistes sans pareille
Reines du show et de l'effroi
Elles font miroiter merveilles
Sécurité, repli sur soi


Et habilement nous entraînent
Par leurs pulsions et nos désirs
Par leurs discours anxiogènes
Dans un bien triste avenir.


Les L P N Les L P N Les L P N
Amènent le Pire

Voir les commentaires

Published by jefherzog - Chansons

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>
Haut

Le blog de jefherzog

De tout et de rien

Hébergé par Overblog